"Rire au Balcon : entre dérision et création" - HAL Accéder directement au contenu
Chapitre d'ouvrage Année : 2021

"Rire au Balcon : entre dérision et création"

Résumé

In Le Balcon, laughter, whether represented or elicited, is a laughter of derision and orchestrates a veritable game of massacres against figures of power (political, religious, judicial, military). The farcical comedy is one of the instruments of this derision. A more ambiguous form of derision applies to literary forms: Genet's relationship to the literary field has always been ambivalent, between the desire for subversion and the desire for integration. The use of pastiche and diverted quotation is both a mark of distance vis-à-vis the models, a paradoxical homage and a search for one's own aesthetic path / voice. But laughter also has a creative vocation: work on "the words of the tribe", to use Mallarmé's formula, can be considered as an enterprise intended to make people laugh (surprise effect, creation of "counter-topoï", unexpected associations, which are the basis of humour) but also as a poietic project (games on polysemy, lexical disfigurement, renomination), opening not only to an innovative, renewed aesthetic of the Baroque, but also to a questioning of values (the binary distribution of genders in particular). Genet indeed questions norms through laughter: sexual norms, social norms, literary norms, linguistic norms. The Laughter of Le Balcon reveals (paradoxically, since the play is intended as a hymn to the Image) an iconoclastic Genet.
Dans Le Balcon, le rire, qu’il soit représenté ou suscité, est un rire de dérision et orchestre un véritable jeu de massacres à l’encontre des figures de pouvoir (politique, religieux, judiciaire, militaire). Le comique farcesque est l’un des instruments de cette dérision. Une forme de dérision plus ambiguë s’applique aux formes littéraires : le rapport de Genet au champ littéraire a toujours été ambivalent, entre volonté de subversion et désir d’insertion. Le recours au pastiche et à la citation détournée, est à la fois une marque de distance vis-à-vis des modèles, un hommage paradoxal et une recherche de sa propre voie / voix esthétique. Mais le rire a aussi une vocation créatrice : le travail sur « les mots de la tribu », pour reprendre la formule de Mallarmé, peut être envisagé comme une entreprise destinée à faire rire (effet de surprise, création de « contre-topoï », d’associations inattendues, qui sont au fondement de l’humour) mais aussi comme un projet poïetique (jeux sur la polysémie, le défigement lexical, la renomination), ouvrant non seulement sur une esthétique novatrice, renouvelée du baroque, mais aussi sur un questionnement des valeurs (la distribution binaire des genres en particulier). Genet interroge en effet les normes par le rire : normes sexuelles, normes sociales, normes littéraires, normes linguistiques. Le rire du Balcon révèle (paradoxalement, puisque la pièce se veut un hymne à l’Image) un Genet iconoclaste.
Fichier principal
Vignette du fichier
Leca Mercier-2021-Rire au Blacon-Genet.pdf ( 962.24 Ko ) Télécharger
Origine : Fichiers produits par l'(les) auteur(s)
Loading...

Dates et versions

halshs-03894756, version 1 (12-12-2022)

Identifiants

  • HAL Id : halshs-03894756 , version 1

Citer

Florence Leca Mercier. "Rire au Balcon : entre dérision et création". Jean qui rit Jean qui leurre. Les rires de Genet. Approches stylistiques et rhétoriques, 2021. ⟨halshs-03894756⟩
20 Consultations
63 Téléchargements
Dernière date de mise à jour le 09/06/2024
comment ces indicateurs sont-ils produits

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn Plus