Revoir Paris après l’Empire. Les désenchantements de l'ultime retour dans la correspondance de Germaine de Staël - HAL Accéder directement au contenu
Article dans une revue Cahiers staëliens Année : 2019

Revoir Paris après l’Empire. Les désenchantements de l'ultime retour dans la correspondance de Germaine de Staël

Résumé

Germaine de Staël's last years were both fruitful and painful. Fruitful, because they are the ones in particular where she ends the Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, a major work that appears posthumously, as a kind of intellectual and political testament. Painful, because de Staël, wandering, sick, only breaks the chains of ten years of exile to enter into a wounded freedom: what freedom in France whose spirit has been degraded by Napoleon? how to endure separation from the beings she loves? In these years a new relationship to space and time was established, a new understanding of emotional life as well as politics: from a situation of exile, it moved on to an ontology of return. In this respect, his personal destiny resonates with the collective feelings of the emigrants who return to France; it also resonates with two other issues, since the end of the Empire marks the return of the Bourbons to Paris, and the return of the island of Elba opens onto the legendary, as it marks the repetition of History. This question haunts the last years of G. de Staël's correspondence. This article shows how these letters are haunted by the thought of return, in a polar tension between the aspiration for rebirth and the confrontation with deleterious repetition.
Les dernières années de Germaine de Staël sont à la fois fécondes et douloureuses . Fécondes, car ce sont celles en particulier où elle termine les Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, ouvrage majeur qui paraît de manière posthume, comme une sorte de testament intellectuel et politique. Douloureuses, car de Staël, errante, malade, ne brise les chaînes de dix années d’exil que pour entrer dans une liberté meurtrie : quelle liberté dans la France dont Napoléon a avili l’esprit ? comment endurer la séparation d’avec les êtres qu’elle aime ? Dans ces années s’instaure un nouveau rapport à l’espace et au temps, une nouvelle appréhension de la vie affective comme de la politique : d’une situation d’exil, elle passe à une ontologie du retour . En cela, sa destinée personnelle entre en résonance avec le sentiment collectif des émigrés qui reviennent en France ; en résonance aussi avec deux autres enjeux, puisque la fin de l’Empire marque le retour des Bourbons à Paris, et que le retour de l’île d’Elbe ouvre sur le légendaire, comme il marque la répétition de l’Histoire. Cette question hante les dernières années de la correspondance de G. de Staël. Cet article montre comment ces lettres sont travaillées par la pensée du retour, dans une tension polaire entre l’aspiration à une renaissance et la confrontation à la répétition délétère.
Loading...
Fichier non déposé

Dates et versions

halshs-02414951, version 1 (16-12-2019)

Identifiants

Citer

Roulin Jean-Marie. Revoir Paris après l’Empire. Les désenchantements de l'ultime retour dans la correspondance de Germaine de Staël. Cahiers staëliens, 2019, 69, p. 131-146. ⟨10.15122/isbn.978-2-406-09814-0.p.0131⟩. ⟨halshs-02414951⟩
53 Consultations
0 Téléchargements
Dernière date de mise à jour le 19/05/2024
comment ces indicateurs sont-ils produits

Altmetric

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn Plus